Articles similaires

Regionale

#TITRE

671

Annaba:Le travail au noir dans le secteur privé en recul

3 septembre 2018 | 20:36
travail Nabil Chaoui


Pas moins de 66 patrons d’entreprise, employant au maximum 25 personnes, ont été verbalisés et leurs dossiers transmis à la justice par la direction du travail d’Annaba, et ce au cours des 5 premiers mois de cette année. Ils sont poursuivis pour non-déclaration de leurs employés à la CNAS. Ces chiffres ont été révélés ce lundi par la direction du travail de la wilaya, à la suite d’une visite d’inspection ayant ciblé 191 établissements de 2 624 travailleurs. Ces patrons risquent une première amende et le double en cas de récidive ainsi qu’une peine de prison. La réglementation en vigueur stipule que tout employé, à quelque niveau qu’il soit, doit bénéficier d’une assurance social même s’il est embauché pour une durée limitée. Les employeurs défaillants peuvent être sanctionnés par des amendes allant de 100 000 à 500 000 dinars.


Selon notre interlocuteur, la lutte contre le travail au noir s’est intensifiée depuis les dernières promulgations de loi introduisant des mesures coercitives pour les entreprises défaillantes en matière de déclaration de leurs employés à la sécurité sociale. Un vide juridique a été comblé permettant à cette direction de passer, lors d’une récente enquête sur la non-déclaration des personnes employées dans les entreprises privées, d’un taux de 43% avant fin 2016 à 27% à la fin de l’année 2017. La lutte contre le travail au noir est considéré comme l’une des priorités pour cette administration, selon les déclarations de ce responsable, qui a ajouté que cette opération est toutefois inscrite dans la durée et que son assainissement est l’affaire de tous. En effet, les enquêtes menées sur le terrain par les brigades mixtes, Inspection de travail et CNAS, font ressortir que les employeurs ne sont pas en cause dans cette situation.


De nombreux travailleurs préfèrent que « le montant des cotisations mensuelles habituellement versées à la CNAS leur soit remis personnellement, les empêchant du coup de bénéficier de la protection sociale à laquelle ils ont droit ». « Une attitude des plus irresponsables », a souligné notre interlocuteur. Par ailleurs, celle-ci va à l’encontre de la loi. D’un autre côté, le ministère de tutelle va lancer, dès cet automne, une enquête à travers les directions du travail de toutes les wilayas pour déterminer les raisons exactes qui poussent les patrons à ne pas déclarer leurs employés, notamment ceux qui emploient moins de 20 personnes et qui sont, selon les statistiques, les plus nombreux à contourner la loi.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter