Articles similaires

Nationale

#TITRE

187

Ali Benflis : « Un processus politique déterminant se dessine »

17 septembre 2019 | 19:22
Benflis B.A

Le chef du parti Talaie El Hourryet Ali Benflis a affirmé lundi que la convocation du corps électoral par le chef de l’Etat Abdelkader Bensalah pour l’élection présidentielle du 12 décembre prochain est « un processus d’un scrutin déterminant ».

« Avec la convocation du corps électoral, c’est le processus d’un scrutin présidentiel déterminant pour l’avenir du pays qui s’enclenche. Après que ses deux devancières se soient révélées infructueuses, cette troisième tentative n’a le droit ni à l’erreur, ni à l’échec », a-t-il relevé, avant de souligner que « l’enjeu en est parfaitement clair ».

D’abord, « il s’agit de sortir le pays d’une crise particulièrement grave dont il ne peut indéfiniment supporter et absorber les dangereuses répercussions », estime-t-il. « Il s’agit aussi de hâter le règlement de cette crise afin de remettre, au plus tôt, le pays en ordre de marche et de lui permettre de faire face aux lourds défis politiques, économiques et sociaux dont l’urgence de la prise en charge et du traitement ne peuvent plus être ignorés ou éludés. »

« Il s’agit, enfin, de l’objectif de rupture et de changement voulu par la révolution démocratique pacifique dans notre pays et dont il importe d’accélérer la réalisation au moyen du mandat de transition qui sera confié par le peuple souverain au futur président légitime de la République », ajoute-t-il.

Pour lui, « la présidentielle se présente comme la voie de sortie de crise la moins risquée et la moins dommageable pour le pays », affirmant qu’« aujourd’hui, les conditions institutionnelles, légales et procédurales de l’élection présidentielle sont en place ».

Il ne relève que « quelques lacunes dont le caractère n’est pas déterminant. »

Ali Benflis insiste en outre sur « toute l’importance des conditions politiques de l’élection présidentielle qui doivent être le complément nécessaire et indispensable aux conditions institutionnelles, légales et procédurales ».

Pour autant, il maintient la pression sur « les mesures connues d’apaisement et de confiance par lesquelles l’élection présidentielle gagnerait en crédibilité comme voie de sortie de crise évitant au pays un

surcroît d’adversités et d’épreuves ».

Cependant, au sein de l’opposition, on reste sceptique sur une sortie de crise que pourraient provoquer l’élection présidentielle, que le pouvoir veut organiser.

Sofiane Djilali, de Jil Jadid, est, persuadé du contraire.

« Il n’y a pas de doute qu’avec cette convocation du corps électoral, qui a été faite le 15 septembre exactement à la date proposée au préalable par le chef d’état-major, signifie tout simplement que le pouvoir est absolument décidé, cette fois-ci, à imposer cette élection dans les conditions qu’il a lui-même choisies », affirme-t-il dans une déclaration à un site électronique.

« Il est vrai que le retour à la légitimité populaire par l’élection présidentielle pouvait être un premier acte de sortie de crise, mais pour cela fallait-il encore convaincre et la classe politique et l’opinion publique que les règles du jeu seraient transparentes et assumer un scrutin libre et réel », précise t-il. « Une partie au moins de l’opposition avait accepté le dialogue dans son principe et de revenir à l’élection présidentielle mais avec des conditions tout à fait raisonnables », ajoute Sofiane Djilali, selon lequel « il y avait eu les demandes de mesures d’apaisement avant le dialogue, du départ du gouvernement Bedoui et l’engagement de véritables réformes de l’État après l’élection présidentielle. Malheureusement, le pouvoir a refusé toute concession et a imposé « sa » solution.

« De ce fait, l’élection présidentielles à venir compliquer la crise, aggraver le déficit de confiance et affaiblit la légitimité d’un président qui pourrait être élu par un coup de force », souligne-t-il.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter