Culture

#TITRE

334

Alger rayonnait de toute sa splendeur au xvIe siècle

17 octobre 2016 | 19:59
Kamel Cheriti

Les deux journées d’étude à la Bibliothèque nationale sur le penseur universel Cervantès viennent de s’achever.

Les universitaires invités d’Espagne et leurs homologues algériens ont longuement exposé la vie qui régnait à Alger au XVIe siècle, c’est-à-dire entre 1575 et 1580, période où Cervantès était présent. Tous ont été unanimes à reconnaître qu’Alger rayonnait de toute sa splendeur et qu’il faisait bon vivre dans cette ville, un joyau de la Méditerranée.

Parmi les nombreuses interventions inscrites au programme de ces deux jours, on notera celle remarquable de l’historien Ismet Touati. Il est un spécialiste de la biographie de Cervantès, puisqu’il a organisé un colloque en avril dernier à Tlemcen, sur cet illustre penseur qui a su si bien présenter la vie qui régnait à Alger au XVI° siècle.

La vie y était florissante dans tous les domaines, économique, commercial, social. La ville comptait 80 000 habitants, ce qui à l’époque était considérable. Sa population était ouverte à tous les peuples de la Méditerranée et d’ailleurs. On y parlait des dizaines de langues, et ce cosmopolitisme n’entravait nullement les relations avec les habitants, faites de tolérance, d’ouverture, de respect mutuel. 

Un parler comprenant des termes puisés dans ces langues à même de créer, simplifier et faciliter ces relations. Alger était prospère. La course était le levier de la vie économique et cette activité n’était pas le monopole de la ville d’Alger, car elle est pratiquée par les autres pays en ce temps-là.

Les religions se côtoyaient sans confrontation, ni extrémisme et cela, dans une ville où l’Islam était souverain avec des mosquées pratiquement à chaque coin de rue. C’était la religion de la ville, mais elle n’était nullement imposée.

Cependant, de grands privilèges revenaient à ceux qui s’y convertissaient, surtout s’ils été doués de qualités professionnelles ou d’une forte personnalité. Ainsi, Alger a compté d’illustres amiraux d’origine grecque, italienne, serbe ou même hongroise.

Les portes d’Alger étaient ouvertes aux réfugiés d’Espagne après la chute de Grenade en 1492. Ils sont venus avec leur savoir-faire et c’est à eux que l’on doit l’approvisionnement en eau de la ville d’Alger avec la construction de quatre aqueducs, dont notamment celui du Télemly et du val d’Hydra. Alger ne dépendait pas entièrement de la Sublime Porte, vu de l’éloignement d’Istanbul.

C’est véritablement à cette période du XVIe siècle qu’elle a manifesté son autonomie et a fondé les bases de son développement, tout en s’imposant dans les grandes villes du pourtour de la Méditerranée.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Le Hezbollah libanais est-il un mouvement de résistance ?

Facebook

Twitter