Nationale

#TITRE

303

Ahmed Ouyahia à Tizi Ouzou : « La peine de mort pour les kidnappeurs ! »

28 avril 2017 | 20:31
Saïd Tissegouine

C’est un Ahmed Ouyahia beaucoup plus universitaire et intellectuel que politique qui a animé un meeting hier à la maison de la Culture Mouloud-Mammeri à Tizi Ouzou.

Il a déclaré qu’il faut l’application de la peine de mort contre les kidnappeurs. Contrairement aux autres responsables politiques qui l’ont précédé dans le cadre de la campagne électorale, Ahmed Ouyahia n’a ni élevé la voix ni dénigré personne pour gagner la confiance de l’électorat. 

Dans un kabyle châtié qu’on lui connaît depuis longtemps et face à une assistance très nombreuse (le moindre espace de la grande salle des spectacles était occupé), Ahmed Ouyahia a non seulement mis l’accent sur le programme élaboré par son parti en perspective de ces élections législatives, mais sur le programme national à moyen et long termes.

C’est dans ce sens qu’au chapitre de l’agriculture, il a déclaré qu’après avoir lancé le programme spécial pour le sud du pays, suivi du programme spécial pour les Hauts Plateaux, il sera question, en conformité avec la politique du RND, de lancer le programme spécial d’agriculture de montagne.

Dans le cadre du lancement de tous les programmes confondus pour la wilaya de Tizi Ouzou, le secrétaire général du RND n’a pas caché sa militance pour la concrétisation de la zone industrielle de Souamaâ, car elle serait pourvoyeuse d’au moins 300 000 emplois. Toutefois, vu la complexité de ce dossier de Souamaâ, Ouyahia n’ira pas jusqu’à prononcer « Souamaâ ».

Le deuxième volet de son intervention a été consacré à la sécurité nationale et à la stratégie à appliquer pour la stabilité nationale. En ce qui concerne ce second point, il prônera plutôt la décentralisation, mais en parfaite adéquation avec les attentes des citoyens. « Il faut aller vers l’élargissement des prérogatives de l’APC et de l’APW », a-t-il expliqué.

Quant à ceux « prônant l’autonomie ou carrément l’indépendance de la Kabylie », Ahmed Ouyahia a déclaré qu’il n’en est absolument pas question. « En 1830, a-t-il déclaré à titre de rappel historique, « ce ne sont pas moins de 150 000 hommes kabyles qui ont livré bataille à Staouéli (Alger) contre l’envahisseur français. » « Sommes-nous plus intelligents et plus rationnels que nos grands-pères ? », a questionné Ahmed Ouyahia en guise de réponse à Ferhat M’henni.

Sur le plan de la politique sociale, il a évoqué le cas des hadicapés, le logement social et l’aide aux familles démunies pendant le ramadhan. Pour les handicapés, Ahmed Ouyhia a suggéré l’augmentation de la pension d’aide, de 3 000,00 DA par mois actuellement.

Toutefois, il ne précisera pas de combien cette pension devrait être augmentée. En ce qui concerne le logement social, il a suggéré la formule de « l’aide publique au loyer ». « C’est cette formule qui est appliquée dans certains pays d’Occident », a-t-il précisé. Ahmed Ouyahia a également exprimé la préférence de sa famille politique pour l’encouragement de l’habitat rural.

« Cela, a-t-il expliqué, permettra de maintenir les campagnards dans leurs villages et donc d’éviter le surpeuplement des villes. » Pour l’aide aux familles nécessiteuses durant le ramadhan, le SG du RND a suggéré que celle-ci soit opérée par un virement financier direct car pour lui, cela évitera les détournements.

Avec une excellente métaphore Ahmed Ouyahia a indiqué : « Avec ce couffin, l’âme charitable met des denrées alimentaires d’une valeur de 5 000,00 DA au profit de la personne ciblée, mais celle-ci n’en reçoit en réalité que l’équivalent de 2 000,00 DA ». Plus loin, Ahmed Ouyahia évoquera la nécessité de développer une économie hors hydrocarbures.

Cette énergie fossile est même responsable en partie des malheurs des Algériens, selon Ahmed Ouyahia. Sur ce point, en corrélation directe avec cette énergie fossile, le secrétaire général du RND citera au moins trois erreurs commises par les dirigeants.

La première 1980, époque où le baril de pétrole se vendait à 40 dollars, équivalent de 200 dollars d’aujourd’hui. Toute l’économie nationale reposait sur la vente du pétrole, selon Ahmed Ouyahia. La deuxième erreur, c’était en 1986 avec la soudaine chute du prix du baril.

Et la troisième, en 2014 avec la nouvelle chute du prix du pétrole. Ahmed Ouyahia a rejeté la théorie selon laquelle notre pétrole peut à lui seul constituer l’économie du pays. Enfun, Ouyahia a averti l’assistance du danger que peut constituer le recours à la dette, car le FMI a déjà suggéré aux dirigeants algériens la suppression de la subvention des produits de première nécessité.

C’est sur ce point précis qu’il a évoqué le grand mérite du président de la République. Le chef de l’Etat a rendu un service énorme à la nation algérienne en payant la dette contractée auprès du FMI puisque avant son remboursement, cette institution financière internationale a imposé son diktat aux Algériens.

Et d’après Ahmed Ouyahia, cette institution, que dirige la Française Christine Lagarde, fait des suggestions à l’Algérie sont contraires à l’intérêt du citoyen.

La suppression des subventions des produits de première nécessité et de l’aide aux investisseurs en font partie. Il serait Au terme de son allocution, Ahmed Ouyahia, a invité l’électorat à voter pour les candidats de son parti. A l’endroit des vieilles femmes non instruites, il lancera en riant : « Inscrivez le n°17 sur vos mains avec du henné pour éviter tout risque d’oubli. »

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Le Hezbollah libanais est-il un mouvement de résistance ?

Facebook

Twitter