Articles similaires

Nationale

#TITRE

300

Affaire du footballeur de Baraki:Les juges de la chambre criminelle acceptent le pourvoi en cassation

11 juin 2018 | 01:05
Tribunal Justice Redouane Hannachi


Les juges de la chambre criminelle de la Cour suprême ont répondu favorablement au pourvoi en cassation introduit par le condamné. Celui-ci avait été reconnu coupable d’homicide volontaire avec préméditation à l’aide d’une arme tranchante sur la personne de son voisin, le nommé Rafik G., la trentaine dépassée, repris de justice, demeurant à Diar El-Baraka de Baraki. Il avait alors été condamné à vingt ans de réclusion criminelle.


Lors de son passage à la barre, le mis en cause avait reconnu avoir assené à sa victime, le 14 octobre 2013, soit la veille de l’Aïd-el-Adha, vers 15h35 et en plein cœur du quartier populaire de Baraki, plus précisément au centre de transit de Diar El-Baraka, pas moins de quatre coups de couteau à la victime dans différentes parties de son corps, notamment au thorax et au ventre. Il a par contre nié avoir eu l’intention de mettre fin aux jours de son antagoniste.


Rafik G. a tenu à préciser à la présidente de l’audience que la victime lui avait reproché d’avoir prononcé des grossièretés en présence de sa mère et de sa sœur, et qu’au moment où il est allé s’expliquer avec lui, la victime lui avait manqué de respect en lui déclarant : « Tu devrais avoir honte des agissements de ta sœur. »


Il a ajouté qu’« une altercation s’en est suivie suite à quoi des voisins sont intervenus et ont réussi à apaiser les esprits. Mais lorsque je suis ressorti quelques instants plus tard, mon voisin a tenté de m’agresser en me lançant de grosses pierres. Je l’ai donc suivi et lorsqu’il est tombé à terre, je lui ai assené pas moins de quatre coups de couteau ! »


Appelé à la barre pour donner sa version des faits, un témoin avait indiqué que Rafik G. « s’est acharné sur la victime en lui assénant plusieurs coups de couteau. Le mis en cause était dans un état second. Il ne cessait de frapper la victime, qui tentait de rester debout. Même étant à terre, Rafik a continué de frapper ».


Le procureur général avait requis la réclusion à perpétuité ayant estimé que toutes les preuves légales et matérielles étaient réunies, notamment en ce qui concerne l’intention criminelle.


Le procureur a ajouté que ce dernier « s’est acharné sur sa victime en lui portant plusieurs coups de couteau dans des endroits sensibles de son corps frêle. »


 


Les avocats de la défense avaient insisté alors sur l’excuse de la provocation dont a fait l’objet son client et avaient ainsi appelé le tribunal à être souverain dans son jugement en écartant les témoignages rapportés dans l’arrêt de renvoi de la chambre d’accusation de la cour d’Alger.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Le Hezbollah libanais est-il un mouvement de résistance ?

Facebook

Twitter