Nationale

#TITRE

415

Affaire de la présidente et du SG de l’APC d’El-Madania

30 octobre 2018 | 19:38
Redouane Hannachi


La présidente Habiba Ben Salem et le secrétaire général de la commune d’El-Madania, Toufik Kinjioua, connaîtront ce mercredi le sort que leur ont réservé les juges de la 1re chambre pénale de la cour d’Alger, à leur tête le président Abdenour Amrani.


Les accusés non détenus sont poursuivis pour plusieurs chefs d’inculpation dont dilapidation de deniers publics, passation de marchés publics non réglementés, utilisation de la profession à des fins personnelles et octroi d’avantages à titre de complaisance.


Le procureur général près la cour d’appel d’Alger, M. Issad, qui représente le ministère public au niveau de la cour d’Alger, a requis, au cours de son réquisitoire, cinq ans de prison ferme assortis de 5 millions de dinars contre les deux mis en cause. Le juge en charge du dossier était entouré de ses deux conseillers Kamel Hadj Mihoub et Zahia Kazzem, lesquels suivaient attentivement les questions du président et analysaient les réponses des inculpés.


A toutes les questions posées, les mis en cause répondaient par la négation. La présidente et le secrétaire général du quartier d’El-Madania ont tous deux déclarer que « toutes les infractions relevées par les enquêteurs, que ce soit dans le cadre de la passation des projets ou dans le cadre de l’octroi d’avantages à titre de complaisance, avaient été commises du temps de l’ancien président de ladite commune, le défunt Abderrezak Mouffek ».


Dans le courrier électronique envoyé au premier responsable du secteur de la justice, les dénonciateurs avaient souligné, entre autres, que « deux frères de la présidente de la commune ainsi que son fils avaient bénéficié de logements sociaux ».


Interrogée à propos de cette infraction, la mise en cause a répondu à l’attention du président : « Mes frères et mon fils ouvrent droit au logement social étant donné que ce sont des enfants de la commune. »


Elle a tenu à préciser que : « la décision en question émane de la commission de distribution des logements au niveau de la commune dont elle n’est pas membre ».


Le juge a immédiatement répliqué : « Mais vous étiez la directrice des affaires sociales et culturelles à l’APC. »


Appelé à la barre pour donner sa version des faits et répondre des graves accusations qui pèsent sur lui, le secrétaire général de la même commune d’El-Madania a tenté de mettre en doute toutes les accusations : « Je fais l’objet d’un coup monté de toutes pièces par des ex-élus. Les contraventions avaient été établies et les délits perpétrés du temps du défunt le P/APC ».


Le président de la cour lui a laissé le temps de justifier ses actes avant de lui rappeler que son épouse percevait un salaire de complaisance sans se présenter sur le lieu de son travail, de même qu’elle utilisait les bons d’essence de la commune de manière illégale.


Interrogé sur la conclusion de 18 projets avec seulement deux entrepreneurs, le secrétaire général a indiqué : « La conclusion des marchés publics ne relèvent pas de mes prérogatives. Toutes les transactions commerciales et publiques au niveau de la commune ont été conclues par le défunt P/APC. »


Il convient de signaler enfin que l’enquête a été déclenchée sur ordre du ministre de la Justice après sept ans d’attente. Le dossier se trouvait au niveau du parquet de la République du tribunal de Sidi M’hamed.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter