New Média

#TITRE

1014

Absence de l’Algérie au salon de la technologie de l’environnement de Munich

14 février 2018 | 01:20
Lilia Aït Akli

Prévu du 14 au 18 mai 2018 à Munich (Allemagne), le Salon mondial de la technologie de l’environnement, IFAT 2018, n’accueillera pas les entreprises algériennes. Toutefois, les organisateurs n’écartent pas une présence algérienne en tant que visiteurs.
Ce qui permettra d’offrir aux opérateurs algériens du secteur économique, dans les prochaines éditions de ce rendez-vous, une présence formelle et officielle.
Une journée d’information a été organisée, ce mardi 13 février, par la Chambre algéro-allemande de commerce et d’industrie (AHK), qui a vu la participation du côté algérien de plusieurs industriels et bureaux d’études, mais aussi du directeur de la politique environnementale et industrielle au ministère de l’Environnement et des Energies renouvelables, Baba Karim. Ce dernier a fait une communication portant sur le « Recyclage et traitement des déchets en Algérie », où il a eu à présenter la situation actuelle et les perspectives dans ce domaine. Il a mis en exergue les efforts consentis par les pouvoirs publics en faisant de l’élimination des déchets une préoccupation, principalement les déchets spéciaux comme ceux industriels, sachant qu’ils présentent un danger pour la santé humaine et aussi pour l’environnement.
Le représentant du ministère de l’Environnement et des Energies renouvelables a évoqué le cadre juridique régissant la gestion des déchets, en l’occurrence la loi 01/19 relative à la gestion, au contrôle et à l’élimination des déchets, en plus des décrets réglementant cette branche.
L’intérêt porté par les autorités quant à la gestion des déchets spéciaux s’est aussi traduit par la mise en place du Plan national de gestion des déchets spéciaux en 2003 (PNAGDES1), où un bilan de ce dernier a été exposé par Baba Krim. Il a aussi signalé l’élaboration d’un autre plan (PNAGDES2), avec une vision économique sur la gestion des déchets, mais il incite aussi les industriels à investir dans ce créneau. Il a mentionné à cet effet le manque d’investissement dans les déchets dangereux. Aussi, le manque est enregistré du côté des déchets d’équipements électriques et électroniques, alors qu’en moyenne l’Algérien en produit 4.18 à 4.40 kg/an. L’intervenant estime que « ce n’est nullement par manque d’intérêt des opérateurs, mais c’est le fait que c’est une nouvelle filière, qui nécessite une étude de faisabilité économique ».
Il a invité les opérateurs économiques à investir dans l’ensemble des filières de valorisation des déchets spéciaux, en plus de la filière classique (papier, carton..). Un marché prometteur qui s’inscrit dans la nouvelle vision économique de l’Algérie.
De son côté, le président de la AHK, Marko Ackermann, a souligné l’intérêt de l’Algérie pour IFAT 2018 qui, selon lui, représente une occasion d’entrer en contact avec des clients et aussi permettra de créer des partenariats.
Il a rappelé à cet effet l’engagement de l’Allemagne en Algérie, principalement dans le secteur de l’environnement et des énergies renouvelables.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter