Articles similaires

Nationale

#TITRE

235

4 200 contrebandiers arrêtés en deux ans

24 mars 2018 | 21:10
Algérie frontière Sofiane Abi

Les frontières algériennes sont devenues une plaque tournante du trafic en tous genres. La situation s’y est aggravée depuis que le prix du pétrole a brutalement baissé sur le marché mondial, entraînant une hausse de contrebande.

Durant les années 2016 et 2017, les gardes-frontières (GGF) de la Gendarmerie nationale ont traité 9 330 affaires liées à la contrebande, soit 4 081 en 2017 et 5 249 en 2016, lesquelles ont permis d’arrêter 4 227 contrebandiers durant la période considérée, dont 2 352 en 2017 et 1 875 autres en 2016, a indiqué une étude analytique de la Gendarmerie nationale. Le nombre de contrebandiers arrêtés a augmenté de près de 26% durant l’année 2017 par rapport à 2016, passant de 1 875 passeurs en 2016 à 2352 en 2017, a révélé l’étude de la Gendarmerie. En matière de saisie, la Gendarmerie a fait part de la récupération de près de 4,2 millions de tonnes de produits alimentaires au cours des deux dernières années, et ce, suite à des opérations et embuscades menées par les hommes des GGF contre les convois des contrebandiers.

Quant au trafic de carburants, les GGF ont réussi au cours de la même période à saisir plus de 2,5 millions de litres, dont 1,3 million de litres en 2016 et 1, 1 million durant l’année 2017. Le trafic des cigarettes a, quant à lui, connu une hausse de 418% durant l’année 2017 par rapport à 2016, passant de plus de 320 000 paquets saisis en 2016 à quelque 1,6 million en 2017, soit près de deux millions de paquets saisis en deux ans. La hausse des prix des cigarettes sur le marché national a beaucoup encouragé les contrebandiers à s’intéresser au trafic des tabacs en introduisant frauduleusement des marques inconnues sur le marché algérien à des prix concurrentiels. Concernant le trafic de boissons alcoolisées, les multiples interventions des GGF durant la période considérée et sur l’ensemble des frontières du pays ont permis de mettre la main sur plus de 100 000 bouteilles. Les activités des réseaux de la contrebande ne se limitent pas au trafic de marchandises, mais elles s’étendent à d’autres cibles à l’image du cheptel. Sur ce registre, les gardes-frontières ont réussi, au cours de ladite période, à récupérer 7 250 têtes de cheptel, soit 4 445 têtes en 2016 et 2 805 en 2017, affirme-t-on. Le trafic de véhicules est aussi un créneau intéressant pour les contrebandiers. En effet, en deux ans 1 954 véhicules destinés à la contrebande ont été saisis par les GGF, respectivement 834 et 1120 véhicules en 2016 et 2017.

Par ailleurs, le rapport a indiqué que trois wilayas frontalières, Tébessa, Tamanrasset et Souk Ahras, demeurent les plus affectées par le fléau de la contrebande, où l’on comptabilise une moyenne de 2 800 affaires traitées chaque année. A Tébessa, ville frontalière avec la Tunisie, quelque 1600 affaires sont traitées chaque année par les Gardes-frontière. La commune frontalière Safsaf El Ouesra demeure la plus active du pays en matière de contrebande. A Heddada, une commune située dans la wilaya de Souk Ahras, environ 330 affaires liées à la contrebande sont traitées chaque année, la plaçant deuxième localité la plus affectée par la contrebande dans pays. Puis vient d’In Guezzam à l’extrême sud du pays, dans la wilaya de Tamanrasset, où les GGF traitent chaque année une moyenne de 200 affaires de contrebande.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

caricature

caricature

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter