Articles similaires

Nationale

#TITRE

257

33e marche des étudiants : Des interpellations et une marche réprimée

8 octobre 2019 | 19:57
EtudiantHirak Aziza Mehdid

La 33e marche pacifique des étudiants a été empêchée ce mardi à Alger suite à plusieurs arrestations effectuées à la pelle depuis son point de départ à la place des Martyrs, réduisant le nombre des marcheurs à quelques dizaines. Un dispositif sécuritaire draconien a été déployé dans toutes les rues d’Alger-centre, visant à contrer les manifestants depuis les premières heures de la marche hebdomadaire étudiante. Malgré ces mesures de répression et d’intimidation des dizaines d’étudiants et de citoyens ont tenté, contre vents et marées, de poursuivre leur marche jusqu’à la place Emir Abdelkader.

Une ceinture sécuritaire a été établie juste à l’entame de la rue Larbi-Ben-Mhidi pour interdire à la foule d’avancer. Cette dernière a pu forcer le cordon, se libérer et avancer au galop pour se retrouver face à un dispositif des plus hermétiques à l’avenue Pasteur. Les policiers ont commencé à encercler la foule et à procéder en même temps à des interpellations, ciblant notamment les coordinateurs des manifs des étudiants et les activistes parmi les citoyens lambda. La foule se retrouvait coincée à la rue Larbi-Ben-Mhidi, voire bloquée suite à la fermeture de toutes les issues et les molestations des forces de l’ordre qui, usant de leur matraque, s’évertuaient à disperser les manifestants. Tout cela causant à plusieurs personnes des malaises, en sus des cas d’évanouissement. Des étudiantes étaient en pleurs face à cette violence injustifiée. « silmya silmya matalibna char3ya » (pacifiques, nos revendications sont légitimes », « silmya silmya massira toulabia » ( silmya, une marche étudiante », « hnaya tolab machiirhab » ( nous sommes des étudiants, pas des terroristes), clamaient des marcheurs exaspérés par ces actes de répression qui reviennent « en force » après bien des mois de pacifisme qu’a vécu le mouvement populaire, qui bouclera bientôt son huitième mois.

Tout en évitant toute confrontation avec la police, les contestataires étaient résolus à poursuivre de manière pacifique la manifestation et tentaient de rebrousser chemin et se faufiler entre les voitures en pleine circulation. Mais visiblement, les forces de l’ordre ont été instruites de recourir à tous les moyens pour interdire la marche.

Il était 11 heure 25 quand la plupart des manifestant ont été éparpillés à la place Emir Abdelkader. Des journalistes interpellés et d’autres empêchées de couvrir les événements, des passant sommés de changer de chemin et de ne plus occuper les lieux. Une chasse à l’homme tous azimuts !

À défaut de pouvoir trouver une issue, le nombre infime des marcheurs qui restait a bifurqué sur la rue Patrice-Lumumba du côté de la bouche de métro de la station Ali-Boumendjel. Citoyens et étudiants marchaient à pas accélérés à travers le marché Bouzrina, et empruntaient les dédales de la Casbah tout en scandant « makahch l’vot walah mandirou… », « djazyer horra democratya », « Ali Lapointe l’Algérie est revenue » …

Les habitants de ce vieux quartier n’ont pas hésité à apporter leur soutien aux manifestants et entonnaient : « Amjaw l’awlad Casbah Bab eloued » (les gars sont venus, Casbah Bab Eloued). Non sans faire un peu d’humour, un des passants lâche ironiquement : « le hirak à Djamah l’ihoud », (une ancienne synagogue transformée en une mosquée Ibn Fress).

Arrivés à Bab El Oued, les derniers marcheurs se sont fait arrêter vers 12 heures 30 par les agents de la police qui se sont rués sur eux.

Une atmosphère très particulière qu’a connu ce 33 mardi des manifs estudiantines, après plus de sept mois de mobilisation sans relâche. Veut-on, par ces pratiques, mettre un terme au mouvement des étudiants pacifiques ?

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter