Articles similaires

Nationale

#TITRE

156

29e marche des étudiants : Rebond impressionnant dans la mobilisation

10 septembre 2019 | 19:19
EtudiantHirak Aziza Mehdid

La mobilisation reprend de plus belle dans les rangs du mouvement estudiantin.Ce mardi la capitale a été le théâtre d’une grandiose manifestation, la 29e depuis le 26 février dernier. Elle a drainé une foule impressionnante parmi la communauté universitaire ainsi que les citoyens lambda. Ces derniers n’ont pas hésité à sortir massivement en cette journée fériée, coïncidant avec le 10 mouharram, pour revendiquer le départ du système contesté et le refus des élections avec le reste de la bande maffieuse.

Depuis le début de la marche les contestataires ont scandé « makache intikhabet ya el3issabet » (pas d’élections avec les gangs), ulach l’vot ulach… » (pas de vote, pas de vote), « dawla madanya machi askarya » (Etat civil pas militaire), « djazaïr horra dimocratia » (Algérie libre et démocratique)…

Il était 10h33 minutes lorsque la marche a été entamée et comptait à son début des centaines de manifestants, qui ont vu l’adhésion croissante d’autres concitoyens. De la place des Martyrs jusqu’à la rue Larbi-Bel M’hidi, passant par Bab Azzoune et Ali-Boumendjel, la foule est passée du simple au double, voire au triple, offrant un paysage qui ne laisse pas indifférent. Beaucoup de passants se sont bousculés, de ce fait, au socle de la statue de L’Emir Abdelkader afin d’admirer la marée humaine.

Par ailleurs, une multitude de pancartes et d’écriteaux a marqué la manifestation d’hier, portant plusieurs messages réclamant essentiellement le respect de la volonté populaire et la nécessité d’éliminer les « débris de l’ancien régime » avant de procéder aux élections, dont la tenue est imminente au vu de l’accélération du processus par les tenants du pouvoir.

« Articles 7+8, le peuple est source du pouvoir », « nouridoha dawla chaâbia, democratia , machi 3askarya » (nous le voulons un Etat populaire démocrtaique, pas militaire), « rissaelet elhirak l’solta ; elmar waka3, lan takoun intikhabet bi ajhiza fasida » ( le message du Hirak au pouvoir ; le fait accompli , pas d’élection avec les institutions corrompues ».

Au demeurant, d’autres affiches ont mis en valeur le caractère pacifique de ce mouvement et appellent à le consacrer davantage ; « el-djazyer ghalya, silmya mabdaouna, el-horya hadafona » (l’Algérie est chère, le pacifisme est notre principe, la liberté est notre objectif », « echourta w’châab khawa khawa, towar ahrara nkamlou elmichouar » (la police et le peuple frères, les révolutionnaires libres vont continuer le parcours), lit-on sur les différentes enseignes arborées.

Le maintien de la mobilisation comme force du hirak a été souligné par les marcheurs. À ce propos, Mohamed, un habitué des marches estudiantines, frôlant les quatre-vingts ans, considère que « le hirak est un devoir ». « Les étudiants sont nos enfants. Nous devons sortir ave eux et les soutenir dans leur mouvement, car il s’agit de l’avenir de toute la nation », assène ce vieil homme, armé d’une détermination et d’un espoir sans égal, portant une pancarte indiquant « koulouna wakifoun m3a talaba, moustakbel elbilad » (nous sommes tous avec les étudiants, l’avenir du pays).

La même vision et courage se font sentir chez une dame drapée dans l’emblème national. Sur son petit écriteau, elle affichait sa solidarité avec la communauté universitaire : « bach yetnaha ga3 lazem nekhorjo ga3 ».

Une scène des plus marquantes de ce 29e mardi, la halte marquée devant le siège de l’Instance de dialogue qui a essuyé un florilège de critiques mettant en cause sa crédibilité. Arrivés devant le centre culturel Larbi-Ben M’hidi, les étudiants ont aussitôt arboré des

billets de mille et deux mille dinars et clamaient « loujenet el-hiwar, machriya b’dinar » (l’Instance de dialogue est achetée avec des dinars).

Somme toute, les étudiants rejettent « la politique du fait accompli » et réitèrent le départ des symboles de la 3issaba : « irhalou, irhalou… » « ass’m3i ya doubaba, hakda wassani baba, manvotich m3a l3issaba, trouhou ga3 » (écoute la mouche, mon père me dit ne vote pas avec les gangs, partez tous). Mais ils revendiquent, ceci dit, la protection des richesses nationales de toute dilapidation. « 3essou pétrole machi tunnel » (surveillez le pétrole, pas le tunnel). Vers 13h 10, l’hymne national a été entonné à la place de la Grande poste, pour clôturer cette 29e édition du mouvement estudiantin, suivi de tahya el-djazyer…

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter