Nationale

#TITRE

363

26e vendredi : L’inépuisable quête de changement

16 août 2019 | 17:00
Aziza Mehdid


La mobilisation s’est poursuivie pour le 26e vendredi consécutif à Alger en faveur de l’émergence d’un système qui traduirait les légitimes aspirations populaires. Par milliers, les manifestants qui, depuis le 22 février, scandent à tue-tête « ya hna ya n’touma, ya hna ya n’touma, maranache habssine », sont résolus à continuer la mobilisation afin de réclamer le départ des symboles du régime et l’instauration d’un Etat de droit.
Les marcheurs fidèles, à leur rendez-vous hebdomadaire, semblent avoir le souffle long en ce mois d’août, pourtant une période qui connaît un départ massif en vacances. L’essentiel pour eux est de rester soudés et de sortir chaque vendredi jusqu’à la satisfaction de leurs revendications qu’ils considèrent légitimes.
Certains « hirakistes » prennent l’initiative d’organiser des rencontres-débat dans l’espace public en vue d’échanger les points de vue sur les questions politiques et d’intérêt national. C’est le cas d’un groupe de manifestants ayant improvisé une petite tribune à quelques mètres de l’entrée de la faculté centrale, portant le nom de « Algiers Speaker’s Corner ».
A l’aide d’un micro, d’un baffle et d’un escabot, les marcheurs étaient nombreux à se succéder à cette tribune pour faire entendre leurs avis et se donner du courage afin de trouver les moyens les plus efficaces pour sauver le mouvement populaire de tout essoufflement, tout en préservant son pacifisme, jusque-là inégalé. « Mes frères, nous devons être solidaires et unis. Pour qu’ils partent tous il faut que nous sortions tous. Notre union et notre mobilisation font notre force, autrement, nous risquons de voir voler en éclats un parcours de six mois de combat », dit un des « hirakistes » à partir de ce podium.
Par ailleurs, plusieurs personnes ayant pris la parole n’ont pas hésité à fustiger les médias lourds, notamment ceux qui, selon eux, font dans la censure et privent le citoyen de son droit à l’information. « Ces médias nous les classons parmi les traîtres, car ils ont laissé tomber le mouvement populaire et les revendications du peuple. Ils seront dans la poubelle de l’histoire », souligne un sexagénaire.
D’autres voix ont critiqué en toute liberté le panel de Karim Younès et voient en la mission de l’instance de dialogue et de médiation une démarche « mort-née ».
Ces scènes ne laissent pas indifférent et suscitent l’admiration de beaucoup de manifestants qui sillonnaient, sous un soleil de plomb, les artères de la capitale, mettant le cap sur la Grande Poste, point de convergence de la plupart des marcheurs. De ce côté, la foule est immense et grossissait au fil des heures. Elle ne faiblit pas et lance divers slogans hostiles au système et ses appendices qui perdurent dans les institutions de l’Etat. Tels « Irhalou, irhalou… » (partez, partez…), « Chaâb yourid el istiklal » (le peuple demande l’indépendance), « makache hiwar m3a el3issabet » (pas de dialogue avec les gangs), « dawla madanya, machi 3askarya » (Etat civil, pas militaire), « walah man3oumou hta terahlou ga3 », (nous n’allons pas nous baigner jusqu’à ce que vous partiez tous).
Tous ces slogans entonnés à répétition par la marée humaine dans un tintamarre assourdissant rendent l’atmosphère devant la Grande Poste si particulière à même de faire face au dispositif sécuritaire drastique installé tout au long des rues d’Alger-centre. L’installation des voitures de police sur les trottoirs et le blocage des accès donnent une désolante image qui rappelle les pratiques de la France coloniale, lança un vieux manifestant.
D’autres messages et pas des moindres ont été brandis sur les pancartes : « Votre crédit est insuffisant pour effectuer le dialogue et les élections », « chaab yantassir, solta taftakir, Hirak mostamir » (le peuple vaincra, le pouvoir s’appauvrit, le Hirak se poursuit), « limat3alemch yesma3 3omro ma yat3alem yahdar » (celui qui n’apprend pas à écouter n’apprendra jamais à parler), lit-on sur les différents écriteaux. Il convient de signaler qu’aucun incident n’a perturbé la marche qui s’est dispersée comme d’habitude dans le calme.

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

  

Facebook

Twitter