Articles similaires

Nationale

#TITRE

232

20e vendredi des manifestations : Le hirak de indépendance

5 juillet 2019 | 16:30
Hirak Aziza Mehdid

Le hasard fait bien les choses ! En effet, la fête de la jeunesse et de l’indépendance commémorée le 5 juillet coïncide cette année avec le 20e vendredi des manifestations citoyennes.
Une double fête célébrée par des centaines de milliers d’Algériens qui sont sortis ce vendred massivement pour réitérer l’appel au départ du système en place.
La capitale, quant à elle, assiste ces dernières semaines à une restriction des libertés inédite. En ce 5 juillet elle a été quadrillée tôt le matin par un dispositif sécuritaire impressionnant visant à réduire le flux des foules. Malgré toutes ces mesures « prohibitives », les Algérois ont été au rendez-vous pour maintenir la pression et souligner leurs revendications à la veille de la tenue de la rencontre nationale pour un dialogue inclusif prévue samedi 6 juillet.
Cette réunion verra, pour rappel, plusieurs initiatives de sortie de crise proposées, notamment, par la classe politique. A entendre la vox populi s’exprimer via les slogans verbaux ou affichés sur les banderoles et écriteaux, les points de vue divergent entre partisans et opposants de cette rencontre. Certains scandaient : « Makache hiwar m3a el3issabat » (pas de dialogue avec les bandes), « irhalou irhalou… » (partez, partez…). D’autres entonnaient « chaâb yourid el isstiqlal », (le peuple veut l’indépendance), « dawla madanya machi 3askaria », (Etat civil, pas militaire), « hada chaâb la yourid hokm el3asker min djadid » (ce peuple ne veut un régime militaire de nouveau).
Le moment d’après la prière du vendredi connaît une affluence grandissante et atteint son apogée à partir de 15 h. Toutefois, il faut dire que les manifestants ont visiblement du mal à résister à la chaleur caniculaire qui s’abat depuis plus de quinze jours sur le Bassin méditerranéen, ce qui s’est répercuté considérablement sur leur nombre. S’ajoute à cela la forte présence des forces de l’ordre déployées tout au long des grandes artères d’Alger-centre et la fermeture de la trémie reliant la rue Hassiba-Ben Boualia au boulevard Colonel Amirouche.
Ces restrictions ont rendu la circulation des personnes très difficiles, voire incommodante dans certaines zones telles que la place Audin et le tronçon de la rue Didouche-Mourad allant de la fac centrale jusqu’à la Grande poste. Les gens s’accommodent et font preuve de détermination à poursuivre le combat. A ce propos, un sexagénaire nous a déclaré : « Malgré cette chaleur nous sommes sortis célébrer le 5 juillet et exprimer notre refus au pouvoir en place ». À la question relative à la tenue de la rencontre d’aujourd’hui, notre interlocuteur estime qu’il s’agit d’une démarche « judicieuse » si elle est ouverte à toutes les dynamiques de la société et surtout les compétences ». Et de rebondir sur ce point : « Nous refusons que les compétences nationales soient exclues de l’édification de l’Algérie de demain ». « Vous savez, avec les réseaux sociaux rien ne se cache. Il y a certaines personnalités nationales crédibles que nous connaissons, mais elles n’ont pas été conviées à ce rendez-vous crucial. Alors que le chef de l’Etat, Bensalah, dans son discours prononcé mercredi soir, a mis l’accent sur l’importance de la participation large des compétences sans exclusive », fait-il observer. Un jeune de 32 ans brandissait un écriteau où l’on pouvait lire « nous ne sommes pas sortis pour les drapeaux, plutôt pour la fin du régime de la bande et la garantie de la transparence des élections ». Approché par nos soins, il nous a déclaré que « toutes les manœuvres visant à diviser le peuple et essouffler le mouvement populaire du 22 février n’ont pas réussi et nous sommes devenus unis plus que jamais ». Concernant les élections, il a considéré que sans des garanties d’un scrutin transparent, la volonté du peuple sera pour la énième fois confisquée. Toutefois, il nous quitte avec un sourire d’optimisme et reprend la contestation avec la marée humaine. Pour ce qui est de l’intégrité du scrutin, cela sera le cheval de bataille des participants aux réunions de dialogue national entamées aujourd’hui à l’école d’hôtellerie à Aïn Benian. 
Aziza Mehdid

Commentaires

    Horaire des prières / ALGER
  • Fadjr: 0
  • Dhohr: 0
  • Assr: 0
  • Maghreb: 0
  • Isha': 0
  • Agenda Officielle

Hello Algeria

Hello Algeria

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre l’utilisation de la vidéo dans la coupe du monde de football ?

Facebook

Twitter